Restitution de la résidence de Marko :  Se reconstruire lorsque les images défilent / Sich wieder uffboia wenn d’Bilder durchtzia.

Marko, dessinateur de la BD Les Godillots a mis tous son talent et toute sa sensibilité, afin de créer une œuvre unique, issu de sa résidence artistique à l’Abri-Mémoire d’Uffholtz, fin 2019. Il s’est imprégné des souvenirs, des anecdotes et du vécu issus de témoignages et de rencontres riches en émotions.

Afin de retranscrire au mieux l’essence de ces échanges, de ces moments de partages et de convivialités, vécus avec les habitants du village et des environs, il présente son œuvre sous la forme d’un abécédaire ou chaque lettre se trouve illustrée par un ou plusieurs mots et dessins, en français et en alsacien, en rapport avec la mémoire villageoise, la Première Guerre mondiale, l’Alsace ou le Pays Basque, son lieu de vie.

Présentée à l’extérieur, dans la cour de l’Abri-Mémoire, cette exposition sera visible dès le 30 juillet 2020 et vous permettra de (re)découvrir Marc Armspach dit Marko.

Exposition Mudi Hachim 

Visible du 30 juillet au 13 septembre

Global silence   Installations

Mudi Hachim est un artiste d’origine irakienne réfugié en France depuis 2016.

Il travaille sur la culture de son pays d’origine, les liens profonds entre l’humain et la terre, et la mémoire de l’eau. Dans ses dernières pièces, il met en oeuvre la terre, l’eau, la pierre gravée et le son.

Fruit de sa résidence à l’Abri-mémoire d’Uffholtz, en partenariat avec la FEW (Fête de l'eau à Wattwiler), il présentera Global silence, une réflexion sur le bruit de la guerre, et le silence qui précède l’explosion d’une bombe. 

« Cette oeuvre parle du moment de silence qui semble concentrer tout l’univers en un seul point juste avant l’impact d’une bombe au sol. Cette voix, comme une absorption du temps et de l’espace, résonne en silence de la même façon dans tous les lieux. Elle est présente dans ma mémoire et dans celle de ma terre d’origine et concentre la mémoire de tout. »

Il prépare également une installation en terre crue en lien avec la culture irakienne ancienne et l’écriture sumérienne. Il proposera des ateliers sur ce thème. 

L’Abri-mémoire est un lieu de mémoire sur la 1ère guerre mondiale, et sur la paix. La résidence de Mudi Hachim permet de s’intéresser à un conflit plus contemporain, et aux réfugiés de notre époque ; une histoire différente, mais tristement ressemblante.         

Dans le cadre de sa résidence sur le territoire de la Communauté de Communes de Thann-Cernay, l’artiste créera une œuvre pour le parcours de la FEW, dans la crypte de l’église de Wattwiller, et il interviendra en septembre à l’école des Tilleuls de Cernay.

Une soirée rencontre avec l’artiste aura lieu à Wattwiller le mardi 18 août à 21h, cour de l’école élémentaire. Elle débutera par la projection du court-métrage Mudi, réalisé par Leïla Macaire l’année de son arrivée en France.

Né à Bagdad, en Irak où il a fait ses études d’art de 2005 à 2010, Mahmoud Hachim (alias Mudi) a commencé sa carrière artistique en Irak, et quitté son pays à la faveur d’une invitation en résidence à la Cité Internationale des arts à Paris en 2014.

Il vit maintenant en Normandie et centre ses créations sur la mémoire de sa culture et de ses signes ancestraux.

Il a beaucoup exposé en Irak jusqu’en 2013, puis à Paris (Cité Internationale des Arts et Galerie Alma), en Slovaquie (Centre Culturel Français de Bratislava), en Albanie (Biennale Méditerranéenne 2017), en Égypte (Galerie NUOT), en Normandie et récemment à Groningen en Hollande (Prince Claus Conservatorium). Il  a fait une exposition personnelle au Chateau des Montgomery à Ducey, Normandie , en 2019. Il mène des workshops avec des enfants et des adultes.

Entrée libre, masque obligatoire -non fourni par la structure-.

 

Exposition L'Alsace au coeur de la guerre 1870-1871

Visible du 17 juin au 13 septembre 2020.

Suite aux restrictions sanitaires, nos salles d'expositions ne peuvent accueillir plus de 9 personnes.

Au mois de Juillet 1870 la France était dirigée par un empereur, Napoléon III, et l’Allemagne n’était pas encore unifiée. Après une crise diplomatique succincte et orchestrée par le Chancelier de fer prussien, Otto von Bismarck, qui agita le « chiffon rouge devant le taureau Gaulois », un conflit éclate et la région alsacienne se trouve disputée par les deux principaux protagonistes. Considérée comme française, l’Alsace voit s’affronter la France impériale et la Prusse, alliée aux autres Etats allemands, dans de terribles  batailles. Victorieuses, les troupes allemandes vont s’atteler à une occupation méthodique et assiéger plusieurs villes, comme par exemple Strasbourg, Neuf-Brisach et Belfort. La résistance opiniâtre de cette dernière, lui permet d’éviter in extremis l’annexion, sanctionnée par le traité de paix de Francfort, signé le 10 mai 1871. Avec la Guerre de 1870-1871, et surtout les conditions de paix, la région alsacienne intègre l’Empire allemand. Au travers de textes, d’images et d’objets, nous vous invitons à  remonter le temps, il y a 150 ans,  afin de comprendre les débuts d’un antagonisme aux conséquences très lourdes pour l’Histoire de cette région centrale en Europe.

 

Entrée libre, masque obligatoire non fourni par la structure.

L'Abri-Mémoire sera désormais ouvert, du 1er juillet au 31 août, du mercredi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h et le dimanche après midi de 14h à 18h.

Masques obligatoires, non fournis.

Merci pour votre compréhension.

Partager